Nouvelle année: pourquoi il vaut mieux ne pas s’abonner dans une salle de fitness

Déjà, et ce n’est pas nouveau, parce qu’il y a de très fortes chances que nous abandonnions rapidement. Mais surtout parce que les salles de sport comptent spécifiquement sur le manque de motivation des femmes pour faire leur beurre… et vont jusqu’à orienter leur marketing dans ce sens.

Philippe Vandel l’explique dans sa chronique sur France Info (à lire ou réécouter ici), intitulée: « Pourquoi les pubs pour les salles de sport ne montrent-elles que des femmes en photo? »

Eh bien oui, pourquoi? Car les salles de fitness sont plutôt fréquentées par une clientèle mixte. Philippe Vandel nous explique donc le raisonnement des dirigeants. Ceux-ci doivent vendre un nombre d’abonnements suffisant pour être bénéficiaires, sans toutefois dépasser les capacités d’accueil de la salle. Pour optimiser la fréquentation, ils étudient donc le taux d’absentéisme des abonnés.  Il s’avère ainsi que 10 à 20% des abonnés hommes abandonnent, et que près de 50% des abonnées féminines désertent rapidement les lieux! « Les femmes sont donc beaucoup plus rentables » conclut P. Vandel. « Si vous disposez de 100 places, vous pouvez signer 200 contrats ».

D’où un marketing spécifiquement ciblé en direction d’une clientèle féminine: des panneaux pour les salles de sport montrant de préférence des femmes, mais aussi des magazines féminins qui nous matraquent de publi-reportages pour les derniers cours de fitness à la mode (et hors de prix. 25 euros la séance?!?).

Sexiste ou opportuniste? Au-delà du cynisme de cette stratégie, je voudrais surtout revenir sur le nombre de femmes qui abandonnent. Les hommes seraient naturellement plus enclin à pratiquer du sport? Le gène de la persévérance serait-il sur le chromosome Y?

Ou alors… d’une part, nous subissons un bourrage de crâne sans répit sur la nécessité d’être toujours plus minces et plus fermes, que ce soit dans les médias ou dans notre entourage. D’autre part, les infrastructures et les fonds publics étant trustés par les activités sportives masculines, l’offre sportive pour les femmes est très limitée dans certaines régions. La salle de gym est souvent la seule solution pratique pour celles qui voudraient se défouler un peu. Nous nous retrouvons donc à dépenser une petite fortune, pour pratiquer une activité que nous choisissons par défaut, avec parfois pour objectif premier non pas de se faire plaisir mais de maigrir: inutile d’être un fin psychologue pour comprendre qu’il sera difficile d’être assidue. Si en plus on ajoute la pression du quotidien, le travail, la vie familiale et les tâches domestiques (encore bien peu partagées avec les conjoints)… nos bonnes résolutions ne seront bientôt plus qu’un lointain souvenir. Bonjour la culpabilité, en plus.

Et si votre bonne résolution cette année, c’était de jeter un oeil dans les MJC, de rôder aux abord des stades ou de surfer sur le site de votre mairie? Peut-être y a-t-il un club de jiu-ji-tsu, de badminton ou de course à pied qui serait ravi de vous accueillir (pas forcément pour faire des compétitions), souvent pour bien moins cher…  avec le plaisir et la convivialité en plus, soit de bonnes raisons pour se motiver les jours de flemme!

Ou alors du curling, on a l’air de bien rigoler. Bonne année sportive à toutes et à tous!

photo trouvée ici

Publicités

3 réflexions sur “ Nouvelle année: pourquoi il vaut mieux ne pas s’abonner dans une salle de fitness ”

  1. « Ou alors… d’une part, nous subissons un bourrage de crâne sans répit sur la nécessité d’être toujours plus minces et plus fermes, que ce soit dans les médias ou dans notre entourage ».

    Mais pour qu’une propagande fasse son effet, ne doit-il pas y avoir un terrain propice à son succès ? Si les Femmes cèdent au lavage de cerveau,n’est-ce pas la un signe d’un manque de personnalité général ?

    « et les tâches domestiques (encore bien peu partagées avec les conjoints) »

    Pouvez -vous présenter des SOURCES de cette allégation ? Oh,je me doute bien que vous disposez déjà de votre petite étude de l’Institut National des Statistiques et des Études Économiques à portée de main prouvant votre affirmation, mais je veux juste vérifier si le surpuissant lobby ultra-patriarcal qui sévit en France (et dans le monde entier également) avait censuré cette fameuse étude qui dérange la mafia phallocrate.

    Mais admettons que les hommes consacrent une heure de moins aux tâches ménagères, est-ce que ça en fait des paresseux qui viennent se la couler douce en salle de fitness pour autant ?

    Ou alors peut-être que les grands méchants messieurs sont tranquillement avec leurs innombrables maîtresse pendant que la pauvre p’tite dame se tue à la tâche sans avoir le temps de prendre soin de son physique de surcroît ?

    Ne peut-on pas penser qu’ils passent plus de temps sur les chantiers, au bureau…(ben oui puisque ils font obstacle à l’arrivée des Femmes sur le marché du travail, donc eux seuls travaillent et délaissent par voie de conséquence les tâches ménagères).

    1. Bonjour,
      je ne sais pas qui parle de lobby patriarcal à part vous… il n’existe pas, mais nous vivons tous dans une société patriarcale.
      Pour répondre à vos soupçons sur les chiffres de l’INSEE, ça fait des décennies que l’on constate l’écart de temps passé aux tâches ménagères et rien ne change, cela ne menace donc personne de diffuser ces données.
      Je ne suis pas d’accord avec votre raisonnement sur le partage des tâches, où les hommes feraient au bureau les heures qu’il ne passent pas à faire le ménage: je vais citer une autre étude que je vous laisse contester à loisir si ça vous chante (l’analyse complète de C. Louveau se trouve ici: http://www.erudit.org/revue/rf/2004/v17/n1/009296ar.html)
      « Dans tous les cas, les hommes ont donc toujours davantage de temps personnel que les femmes, sachant que dans les couples avec enfants ce sont les femmes actives à temps plein qui en ont le moins :[…] tandis que les hommes actifs à temps plein ont 25 h et les femmes actives à temps plein, 19 h 25. »
      La sociologue distingue ici le temps de travail rénuméré, le temps de travail non-rénuméré (les tâches domestiques) et le temps personnel (sans travail donc).
      Et il ne s’agit pas d’accuser les hommes de paresse, simplement constater l’écart et tenter d’en comprendre les raisons.
      Pour le cas particulier des salles de fitness j’essaye de comprendre pourquoi les femmes abandonnent si tôt et je propose une explication, que je préfère à la vôtre, celle du manque de personnalité.
      Enfin je n’ai jamais dit que les hommes font obstacle à l’arrivée des femmes sur le marché du travail. Le taux d’activité des femmes se rapproche de celui des hommes d’année en année.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s