Archives du mot-clé virilité

Préjugé 6: Les hommes sont meilleurs sportifs que les femmes

(suite de recyclage d’anciens billets…)

« Tu comprends, les filles font le petit parcours et les garçons le grand. Mais le grand parcours c’est trop dur pour moi et je ne veux pas être le seul garçon du groupe à faire le petit! »

C’est ce qu’un ami m’a dit, à propos d’un raid VTT auquel il aurait bien aimé participer avec toute sa bande… mais voilà, son niveau ne lui permettait pas de suivre les mecs.

Il est pas expert en VTT. C’est aussi le cas de ses amies filles, qui ont décidé de s’inscrire sur la petite boucle, pour découvrir la discipline et être sûres de s’amuser. Mais lui, ne fera rien, et le soir venu il se contentera des les écouter tous commenter les bons moments de leur journée.

Le petit parcours n’est donc plus une boucle plus courte pour les gens qui ne veulent pas se lancer dans un grand raid , il devient un « truc-de-fille ». Un « truc-de-fille » c’est toujours vaguement dévalorisant, enfin non, c’est bien « pour une femme » mais pour un mec, bon, c’est un peu de la rigolade. D’où l’importance, d’ailleurs, de soigneusement tenir les femmes éloignées des vrais « trucs-de-mec » de peur d’en faire des « trucs de filles ».

J’avais envie de lui dire: « C’est dommage de te priver tout seul d’un truc qui t’aurait plu, à cause d’une norme (à la noix) que tu as, que nous avons tous, intériorisée. »

« Mais permets-moi quand même: si toi, comme je te connais, bien dans tes baskets et sportif, tu n’oses pas passer outre, qui va bien pouvoir le faire, hein? »

https://i0.wp.com/www.classicrendezvous.com/images/French/art/tandem_couple2.jpg

Photo trouvée ici

 

(Forcément) faible femme

Ce n’est pas la première fois que je suis confrontée à des remarques de collègues sur la faiblesse féminine. Ou plutôt, sur la force masculine. Mon travail nécessite assez souvent de porter des charges, et bien qu’encadrée par des règles strictes (limite de poids à porter seul, etc…), cette tâche donne le plus souvent lieu à ce qu’on peut bien appeler un concours de bites. « Ah, ben vous avez voulu l’égalité des sexes, ben porte-la ta caisse! »

Evidemment, il est plus facile pour un homme d’1m80 de porter une lourde charge qu’une femme de 1m60, on ne peut le nier. Mais je ne digère pas que certains s’en rengorgent comme la justification de la domination masculine. Ne serait-ce que parce que tous les hommes ne font pas 1m80 ni ne sont capables de porter 35 kg sans se blesser. Et que toutes les femmes n’ont pas besoin qu’on les aide pour porter ces 35 kg.

Pourtant, les hommes qui m’ont pris à partie sur ce sujet – sujet sensible apparemment – ont toujours écarté violemment cette vérité. D’autant plus étonnant que ces hommes étaient presque toujours plus petits que moi… et pas forcément plus costauds. J’ai d’abord voulu rire de ce paradoxe, de ces petits bonshommes trépignants qui me soutenaient qu’une femme n’était pas destinée à porter de lourds équipements, que c’était bien normal à ce titre que certains métiers soient réservés aux hommes, et que le féminisme est vraiment une connerie.

Puis j’ai vu tout ce qui se cachaient derrière ces diatribes. Dans notre société partriarcale, même lorsqu’à priori il ne satisfait pas à tous les stéréotypes de virilité (force, mécanique, football, bière, etc…), un homme appartient au groupe dominant, par défaut en quelque sorte. Et il semblerait que toutes les qualités que la société attribue au groupe dominant lui échoient aussi comme par procuration. (C’est un peu le fameux « On a gagné!, bien connu des supporters chauvins). Mais si ces qualités s’avèrent détenues par des membres des groupes dominés? Voilà qui retirerait un certain nombre de prérogatives au dominants, surtout à ceux qui ne s’attribuent ces qualités que par procuration.

Je comprends ainsi la colère de mes collègues qui voulaient m’empêcher de porter une caisse, constater que je la portais avec le sourire après avoir passé outre leur interdiction. Si on permet aux femmes de montrer qu’elles ont les mêmes capacités que les hommes, comment justifier encore la supériorité masculine?

C’est ainsi que j’arrive à la suite de mon histoire. Chacun sait que la fonction crée l’organe: avec un peu de pratique (et la bonne technique) on arrive à s’entraîner à porter des pièces plus lourdes. Or, dès l’enfance on décourage l’effort physique chez les filles, en les convaincant qu’elles sont faibles et que les garçons sont plus forts. Déjà que les femmes sont plus petites en moyenne à l’âge adulte, pas de risques qu’elles développent leur force dans leur jeunesse… Et pour celles qui persisteraient? Une de mes collègues aime pousser de la fonte et a atteint un certain niveau. Pensez-vous que les hommes de son équipe, si prompts à grogner contre les « petites nanas qu’on doit aider en permanence », soient heureux qu’elle soit aussi forte qu’eux? Oh que non: « Oh, celle-là… c’est pas une vraie femme! » grommellent-ils.

Exclure a priori les femmes car elles manquent d’une compétence (force physique, orientation, mathématiques, ambition, résistance au stress…) supposément masculine.

Les empêcher par tous les moyens d’acquérir cette compétence ou d’en faire preuve.

Si elles réussissent malgré tout à démontrer leur compétence, réagir par l’ostracisme; arguer que ce n’est pas féminin.

Attendre que les femmes s’excluent elles-mêmes.

La boucle est bouclée.

https://i0.wp.com/www2.pictures.gi.zimbio.com/Olympics+Day+1+Weightlifting+BxTg1OQO9cEl.jpgMélanie Noël détient le record de France d’haltérophilie dans la catégorie -48 kg: 100 kg en épaulé jeté et 78 kg à l’arraché. Voilà voilà. (Photo trouvée ici)